esbrouffe


esbrouffe

⇒ESBROUF(F)E, (ESBROUFE, ESBROUFFE)subst.
Fam. Déploiement de manières et de propos fanfarons et hâbleurs pour en imposer ou étourdir l'entourage. Faire de l'esbroufe; un coup d'esbroufe. (Quasi-)synon. bluff, épate. Enfin tout l'esbrouffe du commerce, on achète l'avis des hommes de science ou d'art (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 317). Et puis cette méchante peste de Mme Dethieux peut faire dans le monde autant d'esbroufe qu'elle voudra (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 162) :
Ce sera Duras qui mènera tout, et vous savez s'il aime à faire des embarras, dit le duc qui n'était jamais arrivé à connaître le sens précis de certains mots et qui croyait que faire des embarras voulait dire faire non pas de l'esbroufe, mais des complications.
PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 239.
P. méton. Moyen tapageur, manifestation faisant sensation pour en imposer. Elle avalait comme parole d'Évangile toutes ses balivernes, ses esbroufes (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 128).
Locutions
Obtenir qqc. à l'esbroufe. Obtenir quelque chose par bluff, hâblerie, de façon plus ou moins honnête. Enlever un contrat à l'esbroufe; le faire à l'esbroufe. Afin de cacher, de son bicorne de général, grade acquis par l'escroquerie, à l'esbroufe (...) le trou de sa culotte (ARNOUX, Roi, 1956, p. 169).
Vol à l'esbroufe. Vol pratiqué en bousculant violemment une personne et en profitant de son ébahissement pour la délester. L'Allemand est un excellent tireur à l'esbrouffe, genre de vol très ancien, consistant à bousculer violemment une personne, et profiter de son ahurissement pour lui enlever son portefeuille (MACÉ, Joli monde, 1887, p. 155).
Rem. Tous les dict. gén. consultés font de ce terme un subst. fém. sauf LITTRÉ et GUÉRIN 1892 qui le donnent comme masc. Le genre est gén. peu apparent en raison de l'art. déf. l', et les auteurs eux-mêmes divergent quant au genre de ce subst. bien que le fém. soit plus fréquemment utilisé. Ça reçoit, ça fait, comme nous disons, un esbrouffe du diable (BALZAC, Comédiens, 1846, p. 323). Tu as pris un mauvais moment pour faire une esbrouffe pareille (HALÉVY, Fam. Cardinal, 1883, p. 159).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932 avec 1 f; cf. aussi ds LITTRÉ, DG, Nouv. Lar. ill., ROB. et QUILLET 1965. Avec 2 f ds BESCH. 1845 et Lar. 19e. On admet les 2 orth. ds GUÉRIN 1892 et ds Lar. 20e-Lar. Lang. fr. Les auteurs, tant du XIXe que du XXe s., utilisent les 2 graph. avec, semble-t-il, une préférence pour l'orth. avec 2 f. Étymol. et Hist. 1. Ca 1815 esbrouf « coup de force » (WINTER, Chanson ds Mém. de Vidocq, t. III, p. 296 d'apr. G. Esnault ds Fr. mod. t. 14, p. 58); 1821 grinchir à l'esbrouff « voler avec coup de force » (ANSIAUME, Arg. bagne Brest, f° 11 v°, § 282); 2. 1827 esbrouffe « air important » (Un Monsieur comme il faut, p. 17). Prob. empr. au prov. mod. esbroufe, niçois esbrouf, propr. « ébrouement », aussi « gestes brusques, tapage, embarras » (cf. faire sis esbroufe, faire d'esbroufe « se donner de grands airs »; v. MISTRAL), déverbal de esbroufa (esbrouffer). Fréq. abs. littér. :16. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 263, 272. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 90. — QUEM. DDL t. 2. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 237. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 505, 511.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • esbrouffé (pesciller d') — Prendre de force …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • esbroufe — [ ɛsbruf ] n. f. • 1827; esbrouf « coup de force » 1815; mot provenç.→ esbroufer ♦ Fam. Étalage de manières fanfaronnes, air important par lequel on cherche à en imposer. ⇒ bluff, chiqué, embarras, épate, flafla, frime. Faire de l esbroufe. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • esbroufer — [ ɛsbrufe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1835; provenç. esbroufa « s ébrouer », it. sbruffare « asperger par la bouche, le nez » ♦ Fam. En imposer à (qqn) en faisant de l esbroufe. ⇒ bluffer, épater. Il cherche à nous esbroufer (moins cour. que… …   Encyclopédie Universelle

  • esbrouffer — ⇒ESBROUF(F)ER, (ESBROUFER, ESBROUFFER)verbe trans. Fam. En imposer à autrui par une attitude, des propos hâbleurs et étourdissants. (Quasi )synon. effarer, épater, intimider. Il n était pas fait, lui, comme les autres, il n esbrouffait personne ( …   Encyclopédie Universelle

  • Georges Conchon — C.M., 1960 Naissance 9 mai 1925 Saint Avit, Puy de Dôme, France Décè …   Wikipédia en Français

  • Albert-Eugene Edouard Decarpentry — Albert Eugène Edouard Decarpentry Le général Decarpentry était un cavalier Français né le 22 janvier 1878, mort en 1956. Vie équestre Né d un père polytechnicien et éleveur Albert Eugène Edouard Decarpentry entre à Saumur en 1904 sous le… …   Wikipédia en Français

  • André Badin — André Aubin, dit André Badin, est un acteur français né le 18 septembre 1932 à Nogent le Rotrou et décédé, à Paris le 23 janvier 2009. Il a notamment tourné au côté de Louis de Funès dans Carambolages , Le Grand Restaurant , Faites sauter la… …   Wikipédia en Français

  • Decarpentry — Albert Eugène Edouard Decarpentry Le général Decarpentry était un cavalier Français né le 22 janvier 1878, mort en 1956. Vie équestre Né d un père polytechnicien et éleveur Albert Eugène Edouard Decarpentry entre à Saumur en 1904 sous le… …   Wikipédia en Français

  • Donald Edwin Westlake — Donald E. Westlake Donald E. Westlake Donald Westlake à la manifestation Quais du polar, Lyon, 2006 Autres noms Richard Stark et Tucker Coe …   Wikipédia en Français

  • Donald Westlake — Donald E. Westlake Donald E. Westlake Donald Westlake à la manifestation Quais du polar, Lyon, 2006 Autres noms Richard Stark et Tucker Coe …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.